40% des populations du département exposés au risque d’inondation

alerte sms inondationDépartement exposé au risque d’inondation

Risque d’inondation : Le département de l’Aude est fortement surveillé car il a la particularité d’être vulnérable à la montée des eaux. L’Aude bénéficie d’un nombre conséquent de zones inondables avec une forte densité d’habitants dans de nombreux secteurs les montées des eaux sont extrêmement rapides.

« Dans les basses pleines du département de l’Aude ainsi que du littoral la moitie des habitants et des habitations sont dans une zone avec un risque élève de danger et plus particulièrement d’inondations. Selon le service de Prévention des Risques d’inondation à la Direction départementale des Territoires et de la Mer », c’est pourtant une zone géographique qui bénéficie d’un fort développement urbain ce qui  hélas augmente aussi le phénomène.

Le département de l’Aude est considéré comme un  département à risque d’inondation car plus de 50 % des habitants seraient en zone inondable dans les deux  secteurs de la moyenne et de la de la haute vallée. De fait, l’exposition de la population aux risques est très importante ». L’appréhension du risque permet aux services de l’Etat et aux collectivités d’organiser la protection des habitants en mettant en place des plans de prévention et en adaptant les règles de construction.

Pierre-Henri Ilhes, président du Smmar :

« Il faut rappeler sans cesse la réalité du risque liés aux inondations  »

Dans le département de l’Aude, le Syndicat mixte des milieux aquatiques et des rivières est chargé du plan d’actions de prévention des inondations. Son président, Pierre-Henri Ilhes, fait le point.  Le Smmar fédère les 18 syndicats de bassins versants de l’Aude. Ensemble, ils ont élaboré un plan d’actions de prévention des inondations, qui s’est vu allouer 80 M€ de subventions. Il se termine en 2013 et le suivant est en cours de négociations.

Le premier volet est l’entretien des cours d’eau et des rivières. Chaque année, les syndicats entretiennent 560 km de berges. Le deuxième est la mise en place de structures de protection des milieux habités liés au risque d’inondation. Autrement dit, ce sont les digues de Coursan en cours de construction, les bassins de rétention, etc. Enfin, le troisième est la sensibilisation. Il faut rappeler sans cesse la réalité du risque avec un système permettant d’envoyer des alertes SMS risque d’inondation.

D’autres informations :