INONDATIONS À PARIS ET EN ÎLE DE FRANCE

Les quais de paris inondés par la crue de la Seine. Les voies sur berges sont fermées à la circulation à Paris en raison de la crue du bassin de la Seine. AFP PHOTO THOMAS COEX

Ce samedi matin, le premier ministre Manuel Valls a annoncé le décès de 4 personnes depuis le début du phénomène sur l’ensemble du territoire. Après huit jours de hausse continue à Paris, la Seine commence à descendre légèrement dans la capitale, après avoir atteint son plus haut niveau depuis trente ans.

A l’Est et à l’Ouest de Paris, les évacuations ont déjà eu lieu.

Actuellement, vingt-quatre personnes sont blessés, vingt mille foyers ont étés évacués et dix-sept milles sont privés d’électricité. Treize départements sont en vigilance orange inondations; Paris et tous les départements d’île de France, le Loiret,  le Cher, l’Indre, l’Indre-et-Loire et le Loir-et-Cher. Le Louvre et le musée d’Orsay étaient fermés pour évacuer les œuvres situés dans les parties inondables.

Sur Paris, il est devenu impossible de se déplacer, à cause des inondations et de la grève des syndicats. Aucun train Transilien, Intercités ou TER ne circulait durant la jeudi entre Paris-Montparnasse et Versailles-Chantiers. La circulation des trains ne reprendra donc pas avant lundi.

Ce samedi après-midi, la Seine commençait enfin à descendre, après avoir atteint 6m10 au lieu de 6m50 envisagés vers 2h du matin dans la nuit de vendredi à samedi. La crue de la Seine a atteint 6 mètres à Paris, au pont d’Austerlitz, vendredi en milieu de journée.

“Il devrait y avoir des impacts en aval de Paris, sur le camping du Bois de Boulogne, l’Île de la Jatte, l’Île Saint-Germain, ainsi qu’à Rueil-Malmaison avec de possibles évacuations”, indique le ministère dans un communiqué. Aucune évacuation n’est pour le moment envisagée à Rueil-Malmaison et Neuilly-sur-Seine.

Désormais, la décrue commence à Paris, même si elle sera lente et où l’eau descend avec peine et qui pourrait durer plusieurs jours. On est passé de 6m10 à 6m07 ce samedi matin. Paris a, certes,  les pieds dans l’eau et les opérations de pompage se multiplient un peu partout mais aucune évacuation d’urgence n’a été menée.

Sur l’île de la Jatte à Neuilly-sur-Seine dans les Hauts-de-Seine où l’on craignait une nuit agitée, personne n’a eu à quitter les lieux dans la précipitation. Sur l’île de la Jatte, des évacuations de prévention ont été prises.

Dès jeudi soir, un établissement pour enfants handicapés avait été fermé et les jeunes résidants ont été récupérés par les familles ou orientés vers d’autres centres.

Dans les Yvelines, il n’y a pas eu de dégâts majeurs. Quelques évacuations préventives et ciblées ont toutefois concerné des centres de loisirs et quelques familles les jours précédents, ainsi que le centre hospitalier de Meulan-Les-Mureaux. «On suit de près la situation autour de la boucle de la Seine du côté de Mantes-La-Jolie», indique les services de la préfecture. A Poissy, 150 habitants ont quitté d’eux-mêmes leurs habitations sur l’île des Migneaux. Ici la centaine d’habitations est littéralement au milieu des eaux. Les jardins sont engloutis, les rues sont transformées en rivières et les sous-sols sont totalement noyés.

 

Les gens sont même venus à se déplacer en barque ou en planche entre les villas.

Mais les 300 habitants que compte l’île ne sont pas inquiets. Ils ont l’habitude des crues et ont déjà connu celles de 1982 et de 2001 où l’eau avait atteint 22m40. Celle d’aujourd’hui est de 22m en milieu de journée mais on attend le pic dans la soirée de samedi

A Corbeil-Essonnes, vendredi soir, le niveau de la Seine s’était stabilisé à 4,84 m. Le pic de montée du fleuve était attendu dans la nuit. Mais c’est la crue de la rivière Essonne qui fait craindre le pire aux autorités pour dimanche.

Plusieurs rues sont déjà inondées, sur les quais de Seine et dans le secteur du Bas-Coudray où l’eau continue de monter. Le secteur du Moulin-Galant est lui aussi menacé. Le port céréalier et les Moulins de Corbeil ont dû cesser leurs activités. De nombreuses caves sont submergées et des habitants ont commencé à quitter leurs logements.

La mairie a mis à disposition le gymnase Maurice Broguet, qui peut accueillir 400 personnes, même si dans la soirée il était vide, la solidarité jouant pour les relogements. Les agents de la ville et les élus font du porte à porte pour informer les habitants des risques encourus et des précautions à prendre.

Active depuis mercredi, la cellule de crise mise en place par la mairie reste mobilisée tout au long du week-end.

« Les niveaux de la Seine et de l’Orge sont stables depuis 14 heures – affirme ce vendredi la mairie-. On peut s’attendre à une baisse prochaine des niveaux mais il faut rester prudent. »

Ce vendredi, le périmètre d’évacuation s’étendait des quais de Seine jusqu’au secteur, compris entre les rues Camélinat et Gabriel-Jaillard, directement menacé par l’Orge. Plus de 2 000 foyers avaient fait l’objet d’une procédure d’évacuation ce vendredi après-midi à Viry.

Si la majorité des personnes déplacées ont pu être relogées par des proches, 121 habitants vont encore devoir passer la nuit dans des structures municipales.

Pour rappel : Clever Technologies est une PME d’île de France qui développe des solutions pour communiquer par SMS, des services d’envoi de mini-messages, permettant de communiquer rapidement en cas de crise et s’adapter a l’urgence des événements climatique, inondation, canicule …

Retrouver plus d’informations sur les messages d’alertes  : 

Informée en temps réel par ses amies de l’île de France, Ines Infray, native de la ville de Corbeil-Essonnes a souhaité écrire quelques lignes sur l’importance de la situation. l’Essonne est très impactée par les inondations et la montée des eaux de la rivière ainsi que de la seine qui traversent la ville.